Si les chats (fin, peut-être)

Après m’être retrouvée dans une poubelle avec des détritus inintéressants et malodorants, je désespérais de finir ma vie de la sorte. J’avais depuis longtemps mis mes idéaux au placard, mais tout de même, j’aspirais à plus de rêve dans cette courte vie.

J’étais en pleine lamentation lorsque j’ai senti du mouvement dans mon tas d’ordures. Une petite main m’a sortie de cet enfer nauséabond. C’est là que j’ai compris toute la sagesse contenue dans la phrase: « nous avons deux vies. La 2e commence quand on prend conscience qu’on en a qu’une. » (Cela ne marche pas pour les chats bien sûr, puisqu’ils en ont 9).

Le reste est anecdotique. La petite main était au bout du bras d’un enfant habile, qui transforme les canettes en voitures pour les vendre à des touristes. Il m’a découpée, modelée et assemblée. Par la suite, j’ai atterri dans ma deuxième vie :

Bibelot enchanté
sur un manteau de cheminée,
Je regarde un chat passer
et repasser.