Journée mondiale du bonheur

Bulles de bonheur

Bulles de bonheur

Aujourd’hui, pour encore quelques heures, c’est la Journée mondiale du bonheur. Au début, j’ai cru à un canular, quelqu’un qui aurait créé un article pour son blogue de bonnes nouvelles, comme ça, avec le printemps demain, cela aurait fait deux bonnes nouvelles coup sur coup, sans forcer. Eh bien, figurez-vous que c’est très sérieux. Cette journée a été décrétée par les Nations Unies, car « la paix,  la prospérité, une vie digne pour tous : voilà ce que nous visons. Nous voulons que chaque homme, femme ou enfant jouisse de tous ses droits fondamentaux. Que tous les pays connaissent les joies de la paix. Qu’aussi bien les populations que notre planète bénéficient du développement durable, sans avoir à affronter les effets catastrophiques des changements climatiques. » C’est M. Ban-Ki Moon, Secrétaire général de l’ONU, qui le dit, si joliment.

Alors, moi, qui n’ai rien des grandes fonctions de ce monsieur, je le remercie très chaleureusement de promouvoir cette journée internationale de plus, comme ça, juste parce que chacun, où qu’il soit, quelles que soient ses conditions de vie, puisse s’arrêter une minute et se dire qu’il a des raisons pour être heureux. Le bonheur est universel et ne dépend pas de l’argent qu’on gagne ni du temps qu’il fait. Pour tous ceux qui connaissent la guerre, la violence, la misère, la malnutrition, les mauvais traitements, la maladie et toutes autres choses affreuses dont l’humanité sait si bien se doter, je souhaite une minute de bonheur, et encore une autre, et encore une autre. Et puis, tiens, je fais tout de suite une minute de silence pour que chacun connaisse une minute de bonheur.