Tempête sur un crâne

J’ai entendu dernièrement une conversation entre deux hommes, dont l’un a une chevelure abondante et l’autre une tonsure apparente. Aucun des deux ne semblait vraiment affecté par son état capillaire, mais cela a inspiré le texte suivant, que j’ai écrit lors de mon dernier atelier d’écriture (avec les mots imposés en gras dans le texte, qui nous étaient donnés au fur et à mesure de cet exercice très amusant).

DSC01311

«Je marchais au hasard comme ça, lorsque le vent s’est levé et a subitement emporté mon chapeau. J’ai eu soudain froid à la tête. C’est que mon couvre-chef remplissait parfaitement sa fonction avant de m’être enlevé…J’ai eu l’impression d’avoir la chair de poule sur mon cuir chevelu. Impossible, pensez-vous? Je le vois à votre air dubitatif. C’est parce que votre peau à vous, à cet endroit-là, n’est pas à découvert. Essayez tout de même d’imaginer un froid glacial sur votre tête. Vos cheveux se hérisseraient, ne croyez-vous pas? Bon, eh bien, mettez-vous à ma place, moi qui suis chauve comme un œuf…Voilà! Vous voyez: les cheveux hérissés sans cheveux, cela donne une chair de poule sur un crâne. Bref. Un autre problème avec ça, oui, ma calvitie, comme vous dites, c’est le soleil. Les rares fois où je suis exposé à ses rayons sans un galurin ou une casquette, je risque l’insolation. Mais l’étape d’avant, c’est la brûlure, communément appelé le coup de soleil. La sensation de feu sur mon sommet pendant plusieurs jours. Parfois, j’ai l’impression d’avoir plongé tête première dans un volcan en fusion. Ah! Ah! je vois bien, à votre bine, que vous pensez que j’exagère. Si, si, vous mettez en doute la véracité de mon propos! C’est que voyez-vous, mon cher monsieur, vous êtes doté d’une crinière à faire pâlir un lion. Comment pourriez-vous ressentir ce que je vis? Vous faites partie des privilégiés qui auront encore du poil sur le caillou à 70 ans. C’est comme se payer le luxe de manger des fraises en janvier ou des vacances dans le Sud en avril! Comment ça, pas rapport? Voilà que vous devenez blessant, à présent. Je vais vous l’expliquer, le lien. Il tient dans le fait que certaines personnes ont la chance inouïe de pouvoir exposer leur boucles jusqu’à un âge avancé – que je n’ai même pas, notez bien – comme d’autres peuvent s’offrir une nourriture ou un voyage qui ne sont pas accessibles à tous. Ce sont des privilèges, ou de la chance, ou ce que vous voulez, mais ils sont injustes. Remarquez, j’ai appris à m’y habituer avec le temps. C’est la vie! Mais pardonnez-moi de ne pas être euphorique au sujet de ma tonsure. Il faut accepter ce que l’on ne peut changer?  Je l’ai entendue tant de fois, celle-là! Je pourrais la faire tatouer sur mon crâne, tiens! Elle ne le protégerait pas beaucoup du froid ou du soleil, notez, mais elle le rendrait unique et clouerait le bec aux empêcheurs de ruminer en rond comme vous! Ou alors, elle m’aiderait à accepter mon sort de chauve, qui sait? »

Publicités

Une réflexion sur “Tempête sur un crâne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s