À votre santé!

Je ne sais pas vous, mais moi, il y a deux particularités qui m’ont toujours fascinée au Québec, en dehors de l’hiver et de la poutine, bien sûr. Ce sont le bénévolat, qui fera l’objet d’un autre billet, et le système de santé. Les deux sont parfois en lien d’ailleurs, mais ce ne sera pas l’objet de mon propos ici.

Je viens d’un pays où lorsque l’on est moyennement malade, on se rend chez SON médecin (parce qu’on a toujours un). Si on est vraiment trop malade pour se déplacer, on n’a qu’à l’appeler et il vient. S’il ne peut pas parce que, par exemple, c’est un médecin en ville, on appelle SOS Médecins. En écrivant cela, je me demande si je fabule et si je n’ai tout simplement pas inventé cette particularité, tellement cela me semble irréel maintenant que je vis à Montréal. Je précise que je fais partie des chanceuses qui ont un médecin de famille, parce que j’ai été enceinte à une époque où ce statut permettait d’accéder à ce privilège. Bon, ladite médecin travaille à Verdun (soit à 18 km de chez moi) et à temps partiel, mais vraiment, je ne vais pas chipoter quand je pense à tous les gens qui n’ont pas de médecin de famille. Ici, je marque un temps d’arrêt au cas où des Français me liraient. Avoir un médecin de famille, cela signifie surtout avoir une adresse et un nom chez qui faire son bilan de santé annuel. Parce que pour le reste (c’est-à-dire les fois où je tombe malade à une autre date), je fais comme tout le monde, je vais à la clinique d’urgence, du lundi au vendredi. Comme dit l’un de mes proches, si tu tombes malade la fin de semaine, tu n’as qu’à rester au lit (parce que les urgences de l’hôpital le weekend, c’est comme partout dans le monde, chacun a sa petite histoire d’horreur sur le sujet et quelqu’un en a même fait une série télévisée). Mon ami ajoute qu’en matière de santé, on est mieux de faire de la prévention, d’où un certain engouement pour le yoga et la naturopathie, mais ne nous éloignons pas, SVP.

Quand je dis que je trouve le système de santé fascinant, c’est parce qu’après 7 ans et ½ passés ici, je n’ai toujours pas une idée très précise de ce en quoi il consiste réellement. Je peux vous assurer qu’il est aussi obscur pour plusieurs Québécois que je connais et dont je tairai les noms. Il y a des cliniques médicales privées, rattachées, pour certaines, au réseau public de santé, dans lesquelles on peut avoir un suivi médical. Il y a les Centres locaux de services communautaires (CLSC) qui offrent des services dans leurs locaux, dans les écoles et à domicile. Ils dispensent, entre autres, des soins infirmiers et des services de prévention. C’est là que je me rends pour mes prises de sang, par exemple. Comme j’ai travaillé pour l’Association des résidences intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ), je sais ce que sont les résidences intermédiaires, mais aussi les Centres d’hébergement (autrefois appelés CHSLD, mais il paraît qu’on ne le dit plus) parce que leur association était sur le même palier. Il y a également bien sûr les hôpitaux. Certaines de ces entités dépendent des CSSS (prononcer C 3 S), les centres de santé et services sociaux, mais pas toutes.

Comme vous le voyez, il n’est pas facile de s’y retrouver, dans ce dédale. Et je n’ai pas encore parlé des services de soins à domicile, des unités transitoires de réadaptation, des cliniques de vaccination et autres options aux noms sinon rafraîchissants, du moins savamment étudiés. J’ajoute que je n’ai même pas évoqué les services offerts aux victimes de violence conjugale ou aux parents de jeunes en difficulté. Et alors, me direz-vous, il y a bien un site Internet auquel se référer au cas où une question nous tarauderait? Bien sûr! Pourquoi pas celui de l’Agence de la santé et des services sociaux (ASSS, vous l’aurez deviné)? Eh bien, si vous allez sur ce site, dans la rubrique « organisation des services », vous pourrez y lire que c’est une section actuellement en développement…

Heureusement que le Comité Santé Rosemont (dont je fais partie) est là! (Mon aguiche était peut-être un peu longue, je me suis laissée débordée par mon sujet). Le Comité Santé Rosemont, qui fait partie de la démarche Décider Rosemont Ensemble, a pour but de favoriser l’accès aux soins de santé et services sociaux. Nous nous sommes donné pour mandat de défricher le terrain et de donner de l’information sur le système de santé, localement. Notre premier événement est une soirée d’information et d’échanges sur les services offerts par le CSSS Lucille-Teasdale. Elle aura lieu mercredi prochain, le 19 novembre, de 18 h 30 à 21 h, au Centre Gabrielle-et-Marcel-Lapalme, 5350, rue Lafond. Elle se déroulera en deux temps. Dans la première partie, deux représentantes du CSSS présenteront les services. Dans la deuxième partie, les citoyens seront invités à poser toutes leurs questions sur les services auxquels ils ont droit. Nous comptons en apprendre beaucoup mercredi prochain et vous invitons à vous joindre à cette cohorte de gens bien informés. Venez nombreux, vous n’allez pas vous ennuyer!

affiche pour le 19 novembre VERSION 4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s