Voir plus loin que le bout de la lorgnette

Voir plus loin

Hier soir, lors d’une soirée d’information sur l’anxiété des enfants, j’ai entendu un parent dire: « le système scolaire est tel qu’il est. Il y a de la compétition à l’école parce que le monde est compétitif. Je ne veux pas changer le système, je veux juste aider mon enfant à s’y adapter. Nos parents ont vécu toutes sortes d’épreuves, ils les ont traversées. » Cela m’a rappelé un atelier de discussion, auquel j’avais participé il y a quelques années et où une intervenante avait dit: « aujourd’hui, on veut élever nos enfants dans du coton. Mais ce n’est pas ça, la vie, la vie est dure. »

Eh bien, c’est peut-être à force de pratiquer la Communication non violente ou de lire des livres de Marshall Rosenberg, que j’ai envie de dire: « eh, oh, minute! Ne peut-on pas avoir une vision non conformiste de la vie, et donc, de l’école? » Je suis étonnée de constater qu’il y a encore des gens de ma génération qui défendent un système scolaire que je considère dépassé, basé sur la compétition et la discipline. Oui, à l’époque des mes grands-parents, il y avait de la discipline à l’école, parce qu’on formait des enfants qui partiraient à la guerre 10 ou 15 ans plus tard. Mais quel intérêt trouve-t-on à contraindre des enfants de 6 ans à entrer en classe dans le silence? L’année dernière, en maternelle, ils rentraient en chantant. Bonjour le choc.

Ensuite, je suis fatiguée d’entendre perpétuellement répéter que la vie est dure. Nos conditions de vie peuvent être difficiles, si nous les concevons comme telles. C’est une histoire de perception. Eckhart Tollé, dans le Pouvoir du moment présent, rappelle que « la négativité n’est absolument pas naturelle. C’est un polluant psychique humain. » Nous traversons tous des épreuves dans la vie, c’est ainsi qu’on apprend. Mais considérer que la vie dans son ensemble est dure et compétitive, cela revient à ne pas considérer toutes les beautés dont elle recèle. Il y a des anciens enfants soldats qui s’en sortent et qui militent pour la paix. Il y a Patch Adams et Grand Corps Malade. Bref, il y a beaucoup d’exemples de personnes qui ont vécu des épreuves réputées insurmontables et ont réinventé leur vie. Je ne vois pas en quoi expliquer à un enfant de 6 ans qu’il ne va pas à l’école pour s’amuser parce que « la vie, c’est pas marrant », va l’aider à devenir un adulte épanoui.

Et je peux vous servir le même discours à propos de la compétition. Bien sûr, une certaine conception du monde est basée sur la compétition et ne fonctionne que par elle. Ce système est entretenu parce qu’il enrichit les vendeurs d’armes et maintient la société de consommation à flot. Cependant, plusieurs études tendent à démontrer que:

Ce sujet me passionne et je pourrais en écrire encore beaucoup. Pour conclure, j’ai juste envie de rappeler que se conformer au système scolaire traditionnel n’entraîne pas forcément la réussite professionnelle (j’en suis la preuve). D’ailleurs, des gens aussi illustres que Winston Churchill ou Daniel Pennac étaient des cancres à l’école!

Publicités

2 réflexions sur “Voir plus loin que le bout de la lorgnette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s